Les sanctuaires du nord de la France (1/4)

 

Introduction


Il s’agit là d’un sujet passionnant que nous ne pouvons étudier que si nous sommes capables d’être totalement objectifs envers les données auxquelles nous devons faire face.  Les sanctuaires de l’Age du Fer existent bien entendu sur tout le territoire mais sous des formes variées, mais les mieux connus du public sont ceux découverts dans le nord de la France, bien que des découvertes en Auvergne tendent à nous indiquer que le phénomène est plus important qu’il n’y paraît. Nous fonderons notre commentaire sur l’étude du numéro 60 de Gallia, entièrement consacré à cette question. Nous nous concentrerons sur les structures funéraires et nous éluderons certaines interprétations qui font encore débat dans le monde de la recherche, car considérées comme trop « libres » par rapport aux données véritables.

 

Caractérisation


C’est ici que dans les années 1970-1980 furent découverts les premiers sanctuaires largement antérieurs à la conquête romaine. Les grands sanctuaires marquent une nouvelle conception du culte qui implique des installations collectives de grande ampleur. Ces manifestations semblent soudaines et ne sont pas précédées par des réalisations antérieures. Voilà les quelques caractéristiques qu’il semble falloir retenir :

- Il s’agit à chaque fois de lieux communautaires ;

- Tous ces lieux sont fermés et marqués au sol par une clôture ;

- Ces lieux livrent un mobilier militaire plus ou moins important ;

- Ce sont des lieux généralement isolés (éloignés des habitats contemporains) ;

- Ils semblent être utilisés pendant plusieurs siècles.

 

Toutefois, des différences peuvent être remarquées, notamment quant à la taille de l’enclos, qui peut varier d’une dizaine de mètres de côté à plusieurs centaines. Les plans ne sont pas constants même si on note l’importance de la forme rectangulaire. La différence la plus marquante concerne la présence ou l’absence de structures organisées au sein de l’enclos, notamment la présence de fosses. D’après les chercheurs, seules des fouilles d’ampleur peuvent définir le caractère cultuel de certaines installations. Des sondages trop restreints pourraient amener à des identifications abusives liées à des phénomènes de présence/absence alors que l’état de la recherche ne permet en aucun cas de proposer une véritable typologie de ces structures ni même une liste d’éléments identifiants.

 

Reconstitution du sanctuaire de Gournay-sur-Aronde

http://www.gournaysuraronde.com/images/sanctuaire/reconstitution-sanctuaire.jpg