Accueil

Bibliographie

Le CRAL en revue

Téléchargements

Le webmaster

Photos

 

Admin

Les Landes archéologiques

Les Landes archéologiques

La revue archéologique

APOL

Terrains et méthodes

Le terrain d'investigation privilégié demeure le semis de pins. Si le couvert forestier, nous l'avons dit, constitue une entrave quant à la lisibilité du sol et le repérage d'artéfacts, la vocation sylvicole de la forêt des Landes de Gascogne permet néanmoins une alternative inattendue à cet obstacle.

En effet, les parcelles de pins suffisamment matures sont régulièrement coupées (notion de coupe rase). Généralement, un dessouchage est ensuite pratiqué. Enfin, un labour profond précède de peu la plantation de pins.

Tertre au milieu d'une parcelle forestière labourée.

Partant de là, le repérage de sites archéologiques se fait en suivant à pied les sillons du semis choisi, les uns après les autres.

Les prospecteurs progressent alignés et dans la même direction le long des sillons, à l'affût d'indices.

Évidemment, suivre l'engin de labour serait inutile : la terre retournée doit être au préalable lessivée par la pluie pour qu'apparaissent un maximum d'indices.

Exemple d'une concentration de céramique parfaitement révélée par le labour et le lessivage de la pluie. Il s'agit ici d'un site antique de production de poix.

La recherche peut également s'effectuer dans les champs de maïs qui sont particulièrement répandus dans le département des Landes.

Le principe demeure le même que sur un semis de pins, à savoir suivre les sillons après que la terre ait été retournée. La période idéale est celle où le maïs commence à sortir de terre : le sol est alors pleinement tassé et le lessivage a pu être accru par l'arrosage du champ. Si le nombre de prospecteurs le permet, il est possible de surveiller un seul sillon à la fois, celui dans lequel on marche. Si l'équipe est réduite, il est préférable de surveiller trois sillons à la fois : celui dans lequel on marche et ceux qui se trouvent immédiatement à gauche et à droite.

ATTENTION ! que l'on se trouve sur un semis de pins ou dans un champ, il faut veiller à ne pas piétiner les cultures.

L'inconvénient majeur des champs de maïs dans la Grande Lande est qu'ils excluent la possibilité de retrouver un niveau archéologique dans un état satisfaisant. En effet, les labours ont généralement démantelé irrémédiablement les sites dans la mesure où ses derniers sont en position stratigraphique haute. Par exemple, dans les conditions de sédimentation propres à notre zone, le niveau antique est généralement compris entre 15 et 20 centimètres de profondeur, l'âge du bronze à 30. C'est ce qui explique que nous concentrons nos efforts sur les parcelles forestières, garantes d'une bonne concentration des vestiges.

Tertre suspect repéré à Brocas en 2008.

Dernière modification le : 29/11/2011 @ 18:43
Catégorie : Aucune

Infos site

Webmaster :
archeolandes

Envoyer un message


Toute reproduction totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation du webmaster, est interdite. La diffusion sur un autre site des articles pdf hébergés sur Archeolandes n'est pas autorisée, sauf autorisation exceptionnelle de notre part.

Déjà 283547 visites

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Calendrier

LunMarMerJeuVenSamDim
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Météo

Aujourd'hui

Département

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.12
PHP version 5.6.18