Accueil

Bibliographie

Le CRAL en revue

Téléchargements

Le webmaster

Photos

 

Admin

Les Landes archéologiques

Les Landes archéologiques

La revue archéologique

APOL

Introduction

  • Une archéologie responsable

Nous travaillons avec l'accord du Service Régional d'Archéologie d'Aquitaine et des propriétaires concernés : l'archéologie est une discipline à la réglementation stricte. Celle-ci repose sur un postulat : toute découverte est susceptible d'aider à comprendre le peuplement d'un territoire à une époque donnée. La découverte et la détention d'un objet sans déclaration sont préjudiciables pour la recherche et la compréhension de l'occupation du sol. Il ne faut pas oublier également qu'un objet tiré de son contexte n'a plus aucun intérêt, étant donné qu'il ne prend son importance que par rapport à un environnement géographique et archéologique : toute découverte fortuite doit être non seulement signalée à la mairie et/ou au Service Régional d'Archéologie, mais également localisée précisément sur un plan ou une carte. Plus d'informations sur les lois en vigueur en archéologie ici : Archeodroit

S'inscrivant dans la continuité des méthodes d'investigation déjà existantes et largement documentées et théorisées (en Grande-Bretagne surtout), la particularité du sol landais et la présence d'un couvert forestier important ont néanmoins entraîné une adaptation, en ce qui concerne le repérage des sites archéologiques par les prospections pédestres.

  • Du sable sous les pieds.

En théorie, les niveaux archéologiques du Paléolithique supérieur sont inaccessibles dans la Grande Lande (nous verrons plus loin dans ce site qu'en réalité, nous pouvons encore avoir des surprises). En effet, les conditions géologiques héritées du tardiglaciaire ont entrainé le recouvrement progressif des sols anciens d'une épaisse couche de sable. Il s'agit du sable des Landes, bien connu en géologie, mal connu par le grand public. On sait aujourd'hui que le sable s'est déposé sur plusieurs mètres d'épaisseurs, à la faveur de conditions arides contemporaines d'une remontée du niveau de l'océan, il y a plus de dix mille ans. Ce fut un processus long et a posteriori spectaculaire : en plusieurs millénaires, le sable a parcouru depuis la côte plus d'une centaine de kilomètres ! Des dunes sont encore visibles dans les Landes néracaises, c'est à dire dans le Lot-et-Garonne et elles n'ont rien à envier à celles de La Teste! Cet épisode lointain est pourtant mal compris par le grand public ; celui-ci -et même certains enseignants que j'ai rencontré- voient deux origines dans ce phénomène :

_ un phénomène marin, non de remontée des océans liée à la fonte de la calotte glaciaire (la transgression flandrienne), mais de recouvrement : qui n'a jamais entendu dans les Landes « mais ici, il y avait la mer avant » ? Si l'océan fut bien présent dans le triangle gascon, c'était il y a quelques millions d'années et cela n'a rien à voir avec le sable des Landes visible dans les labours agricoles et forestiers de Sabres, Sore ou Pissos !

_ un phénomène pédologique récurrent : pour beaucoup, cet épandage de sable est lié à cette légende tenace qui prétend que les dunes avancent et ont par le passé, menacé voire enseveli des villages entiers. Il n'en est rien. Si les dunes côtières sont mobiles, elles se sont créées bien tardivement et ne bougent sous l'effet du vent que dans une zone bien particulière. Dès le début du XXe siècle, un scientifique comme Bertrand Saint-Jours mettait en avant l'absurdité du raisonnement et l'imbécillité (et souvent la malhonnêteté) de certains textes du XVIIIe siècle relatifs à ce phénomène. Plus proche de nous, le brillant géologue Henri Enjalbert écrivait en 1960 dans son fameux ouvrage Les pays aquitains - Le modelé et les sols(p. 280):

De nos jours, le sable éolien pris sur le rivage va se fixer sur les dunes de la zone côtière. Malgré tout ce qui a pu être dit à ce sujet les dunes ne progressent vers l'intérieur qu'avec une extrême lenteur et sur de petites surfaces. Souvent même la végétation naturelle les avait fixées avant l'intervention de l'homme (dunes anciennes). Bordeaux n'a jamais été menacé d'être noyé sous les sables que dans l'esprit imaginatif de quelques publicistes parmi lesquels il faut compter Brémontier. Si le climat landais reste tempéré on ne voit pas que la capitale girondine ait beaucoup à craindre des sables (sur ce point, on peut donner accord à SAINT-JOURS (B.), Le littoral gascon, Bordeaux, 1921).

Mais il en va ainsi, l'écriture de l'histoire des Landes se devait d'aller dans un sens, celui du progrès, car écrite par les forestiers. Avant eux, rien, le désert, la bestialité, des générations humaines luttant contre un environnement hostile de marais et de sables...Grâce à eux, la forêt, synonyme d'une économie florissante. Simpliste mais redoutablement efficace : c'est ce que l'on enseigne encore à l'école. Notre site va vous permettre de comprendre en quoi cette vision est loin de la réalité.

Dernière modification le : 20/11/2011 @ 22:55
Catégorie : Aucune

Infos site

Webmaster :
archeolandes

Envoyer un message


Toute reproduction totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation du webmaster, est interdite. La diffusion sur un autre site des articles pdf hébergés sur Archeolandes n'est pas autorisée, sauf autorisation exceptionnelle de notre part.

Déjà 280014 visites

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Calendrier

LunMarMerJeuVenSamDim
27 28 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

Météo

Aujourd'hui

Département

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.12
PHP version 5.2.17